Choix de l'ouvrage
 
 
Mon coeur est ailleurs
de Marie LISSOUCK
 
 

Pour entrer dans ce texte, il vous faut imaginer l’enfant et son double regard : l’un sur la démence du monde qui l’entoure et l’autre sur la raison de ce même monde. Mais surtout, imaginez son angoisse à rire et à pleurer quand la vie et la mort flirtent à chaque instant. Imaginez tout ce que cela engendre dans son esprit au quotidien…

 

PRIX
TTC




E-book
5.00 €

Cartibook 
5.00 €

Broché
15.00 €

Poche
10.00 €

 
CARACTERISTIQUES
 
 Auteur : Marie LISSOUCK
 Editeur : SEPIA   Recommandation : Tout public 
 Langue : Français   Dédicace : Non 
 
Format Ebook Cartibook Broché Poche Audio BD Manga
ISBN              
Poids        
Transport 1.00  3.00  2.00     
Nbre de pages 300       
Illustration
DRM
 
 AUTRICE(TEUR)
 
Marie LISSOUCK
 
    Biographie

Pour entrer dans ce texte, il vous faut imaginer l’enfant et son double regard : l’un sur la démence du monde qui l’entoure et l’autre sur la raison de ce même monde. Mais surtout, imaginez son angoisse à rire et à pleurer quand la vie et la mort flirtent à chaque instant. Imaginez tout ce que cela engendre dans son esprit au quotidien…J’ai dû survivre avec un père qui passait souvent de la lucidité à l’aliénation. Il a fallu que je m’imprègne de son visage et que je scrute chacune de ses réactions pour n’être que l’esclave de ce regard paternel. Et si les reflets de mon œil auscultateur abritaient aussi la folie et la raison pour n’être qu’un propulseur de plus du basculement ! Dans ces remue-méninges, les blessures profondes et les douleurs renouvelées sont-elles celles de l’âme, du corps ou de l’esprit ? Ne sommes-nous pas tous des fous frustrés qui, faute de vivre notre folie constamment brimée, pensons être des hommes rationnels ? Pour Samuel Beckett, « Nous naissons tous fous. Quelques-uns le demeurent ».Je suis l’œil, l’oreille, mais surtout le cœur et la mémoire vivante de mes ancêtres. L’histoire de ma famille, mon histoire, débute au siècle dernier, au Centre Sud du Cameroun. C’est là-bas que nous allons la revivre à travers les récits de quelques anciens, les révélations de certains membres de ma famille et mes propres souvenirs.Tout au long de cet écrit, je vous donnerai à voir : « l’enfant-adulte, l’être conditionné et l’animal aux aguets ». Je vous ouvrirai les portes de mon être comme si « je me mettais à la fenêtre pour me voir passer dans la rue ». C’est là ma déchirure. Mon cœur d’enfant est devenu, bien malgré moi, un champ de ruines. La folie, la violence et l’envie de vivre l’ont dévasté. Ensemble, allons faire le tour des vestiges.